Accès direct au contenu

CUFBSD

Version anglaise

aide

Accueil > Témoignages de professeurs

Témoignages de Professeurs

Le collège Santos Dumont a donné lieu à une grand nombre de visites et de séjours de professeurs de nos deux pays. Ces visites ont permis d'initier ou de conduire de nombreux projets de recherche en partenariats entre l'ENS Cachan et des universités brésiliennes.

Vous trouverez ci-après quelques témoignages de professeurs et chercheurs de l'ENS Cachan, sur ce qui les a amené à se rendre au Brésil, sur les projets de recherche qu'ils ont en partenariat avec nos partenaires brésiliens. Et réciproquement. Ce ne sont que des éclairages et des détails et références pourront être trouvés directement sur les sites des laboratoires.

Hisham Abou Kandil


Professeur de l'ENS Cachan en Automatique, chercheur au SATIE

Ma coopération scientifique avec le Brésil a été relancée en 2003 avec une invitation pour participer à un jury de thèse à l'Université Fédérale de Santa Catarina (UFSC). Avant 2003 j'avais eu l'opportunité d'encadrer des doctorants brésiliens et de croiser lors conférences plusieurs chercheurs du Brésil qui ont préparé leurs thèses en France. Après cette visite en 2003, un collègue de l'UFSC est venu passer un an à l'ENS Cachan, puis nous avons déposé ensemble un projet de recherche dans le cadre du programme CAPES-COFECUB autour de la commande de systèmes mécaniques complexes. Depuis ce projet, d'autres collaborations en Automatique ont vu le jour avec les universités de São Paulo (USP) et de Campinas (UNICAMP). En 2009, j'ai pu passer 3 mois au Brésil en tant que professeur invité à l'UNICAMP. Les visites de travail des collègues brésiliens et des missions au Brésil continuent à maintenir des liens scientifiques forts entre l'ENS Cachan et les partenaires brésiliens.

François Hild

Directeur de recherche CNRS, chercheur à l'ENS Cachan au laboratoire LMT.

Mon premier voyage au Brésil en 1998 s'est fait pour donner des cours dans le cadre d'une formation doctorale en mécanique des matériaux. Les contacts entre le LMT et l'Université de São Paulo étaient déjà établis. C'est donc un peu par accident que j'ai découvert le Brésil, un pays aux gens très attachants, malgré les disparités sociales encore très importantes.

Suite à ce premier voyage, des contacts ont été pris avec des collègues de différentes universités de l'état de São Paulo. Ceci m'a conduit à co-encadrer deux thèses. La première, soutenue en 2002, portait sur le dimensionnement probabiliste de panneaux en ferrociment. La seconde, soutenue en 2012, traitait du couplage entre mesures cinématiques par corrélation d'images (spécialité du LMT) et simulations par méthode des éléments de frontière (spécialité du laboratoire de structures de l'Université de São Paulo à São Carlos) pour l'identification de modèles de zones cohésives.

Sur ces projets j'ai collaboré avec Sergio Persival B. Proenca et Wilson S. Venturini (1948-2010).

David Perahia

Directeur de recherche émérite (CNRS), ENS de Cachan, LBPA

Mes relations avec le Brésil remontent à 1998, année durant laquelle un atelier de Biologie Structurale et Ingénierie des Protéines avait été organisé pour la première fois sous l'égide du CNRS (Prof  J. Yon-Kah) et l'UFRJ (Prof P.M. Bisch) et qui a été suivi par une série d'ateliers entre 1998 et 2012. La relation que j'ai établie avec le Prof Bisch a été très forte. Nous avons codirigé ensemble deux doctorants  en cotutelle (P. R. Batista et M. Costa) et bénéficié d'un projet CAPES-COFECUB couvrant la période 2010-2013 qui nous a permis de développer une nouvelle méthode de calcul des cartes d'énergie libre dans l'espace des modes normaux de basse fréquence, et de les appliquer à divers systèmes moléculaires d'intérêt biologiques.

Mes séjours successifs au Brésil  m'ont permis de nouer des contacts multiples avec des équipes se trouvant dans plusieurs autres universités, tel que le Prof L. Scott de l'Université UFABC avec qui j'ai obtenu un projet CNRS-FAPESP  en 2009 qui nous a permis d'accueillir ses étudiants et lui-même durant toute une année dans notre laboratoire. Une autre équipe brésilienne a été fortement intéressée par nos techniques (Prof M.R.M.Fontes, Institut de Biosciences de l'UNESP à Botucatu). Un post doctorant de cette équipe (Dr A. Magro) a passé un an (2013-2014) dans notre équipe pour apprendre et appliquer nos techniques de simulation.

J'ai été complètement séduit par ce grand pays dès mon premier voyage, par sa beauté, et par l'accueil très chaleureux des brésiliens. J'y retourne quasiment tous les ans pour donner des cours et conférences, et pour discuter des projets en cours et des nouveaux travaux à effectuer.


Ahmed Benallal

Directeur de recherche CNRS, chercheur à l'ENS Cachan au laboratoire LMT.
Mes liens avec le Brésil viennent d'une rencontre fortuite de brésiliens à Milan (Italie) qui ont souhaité visiter le LMT et développer des collaborations scientifiques. Ce qui a parfaitement fonctionné du premier coup grâce à un projet CNRS/CNPq (année 1996).

Depuis, les coopérations sont régulières et je séjourne au Brésil très régulièrement (une semaine à un mois presque chaque année) et mes collègues brésiliens viennent également très régulièrement à l'ENS Cachan.

José Araújo Alexander (Alex)

Professeur et chef du Groupe de recherche en fatigue, fracture et Matériaux (GFFM) du Département de génie mécanique de la Faculté de Technologie (FT) de l'Université de Brasilia (UNB)

 « En 2010, j'ai reçu au sein de l'UNB la visite de Jean Mériaux, ingénieur de l'ENSMA et doctorant de l'Ecole Centrale de Lyon. Jean a obtenu son doctorat et travaille pour SNECMA, une société française d'aéronautique du groupe Safran, qui s'illustre comme leader dans le domaine de la conception de turboréacteurs . Il a mis en place le premier contrat Cifre-Brésil pour le développement d'un projet de recherche sur la fatigue de contact par Fretting, impliquant SNECMA, l'ENS Cachan, l'ENSMA Poitiers et l'UNB.

Les coordonnateurs académiques de ce projet sont le professeur Sylvie Pommier (ENS Cachan), le professeur Yves Nadot (ENSMA) et moi même (UNB).

Personnellement je connaissais déjà le Professeur Sylvie Pommier et le professeur Yves Nadot de part les multiples conférences auxquelles nous avions pu assister dans le domaine de la fatigue.

Ce projet nous a donné, non seulement la possibilité de joindre diverses compétences universitaires afin de réaliser un travail robuste et pertinent pour l'industrie, mais aussi la possibilité de construire une infrastructure solide en termes de moyens grâce à l'apport de ces trois grandes institutions de la recherche. (création du groupe de recherche international IRG-Cognac).

Ce projet à permis également d'augmenter de manière significative la mobilité des enseignants et des élèves. J'ai, pour ma part, effectué plusieurs visites à l'ENS et l'ENSMA ces deux dernières années et nous avons actuellement deux étudiants français travaillant sur une thèse de doctorat en co-tutelle (deux ans à l'UNB et un an à l'ENS). A présent,  deux étudiants brésiliens du groupe GFFM sont sur le point de partir à l'ENS pour effectuer de nouvelles thèses en co-tutelle (deux ans à l'ENS et un an à l'UNB). Cette coopération à été sans aucun doutes très intéressante et productive d'un point de vue technique, mais aussi une très bonne occasion de découvrir la France comme un pays avec des gens , une culture , une gastronomie et des paysages magnifiques.


Sylvie Pommier

Professeur des Universités de l'ENS Cachan, enseignante au département de Génie Mécanique, chercheuse au LMT.

J'ai fait mon stage de DEA (ex. M2R) à l'Université de Birmingham où Waldek Bose Filho, actuellement professeur de l'université de Sao Paulo, préparait sa thèse de doctorat et m'a bien guidée lors de mon stage de DEA. J'ai noué des liens à cette occasion. Plusieurs années plus tard, dans un environnement encourageant fortement la mise en place de coopérations avec le Brésil (le laboratoire LMT de l'ENS Cachan), nous avons pu monter ensemble un projet de recherche, sur la fatigue thermomécanique d'un matériau contenant des défauts (un alliage d'aluminium) et la co-direction d'une thèse en cotutelle internationale (Mauricio Angeloni).

J'ai ainsi découvert le Brésil (une petite partie...), pays magnifique, très attachant et chaleureux, et j'ai été très impressionnée par le dynamisme du pays et ses transformations, j'ai également été très favorablement impressionnée par les universités et les équipements des laboratoires, notamment dans le domaine de la mécanique des matériaux et des structures et par les chercheurs que j'ai rencontré. De plus, j'ai été surprise de l'importance de la langue française au Brésil, au moins dans le milieu universitaire, à laquelle je ne m'attendais pas.

Je collabore actuellement avec Alex Araujo, de l'université de Brasilia, dans le cadre d'un projet collaboratif sur la fatigue de contact avec la société Safran (Safran, Ens Cachan, Isae Ensma, CNRS - IRG Cognac) et je codirige avec lui 2 doctorants Cifre Safran en co-tutelle ENS Cachan-UnB. Le projet collaboratif comprend 4 thèses CIFRE et une petite vingtaine de participants en France et au Brésil. Le projet a été initié à par Jean Mériaux (société Safran), qui a séjourné à Brasilia dans le groupe d'Alex Araujo et au Jury de thèse duquel nous avons participé Alex Araujo, Yves Nadot et moi-même. Je le connaissais par des échanges lors de conférences, notemment une conférence sur la fatigue des matériaux et des structures qui se tient tous les deux ans à Hyannis et à laquelle participent de nombreux français et brésiliens.

Marc Jungers


Chargé de Recherches CNRS au Centre de Recherches en Automatique de Nancy (CRAN) à Nancy, HDR; Docteur en automatique 2006 de l'ENS Cachan, laboratoire SATIE.

Lors de ma thèse de doctorat au laboratoire SATIE sous la direction d'Hisham Abou-Kandil (Professeur ENS Cachan), j'ai pu rencontrer Edson R. De Pieri (Professeur UFSC) lors de son année de recherche post-doctorale 2004-2005. J'ai ainsi débuté avec lui une collaboration sur la résolution des équations de Riccati non-symétriques pour la commande multi-critère. Ma première mission de recherche au Brésil à l'UFSC a eu lieu en mars 2006 dans le cadre du projet CAPES-COFECUB n°489/05 2005-2008 (Approche multi-critère pour la commande des systèmes électro-mécaniques, dont Hisham Abou-Kandil était responsable côté français). Cette collaboration s'est étendue avec d'autres collègues à l'UFSC: Eugênio B. Castelan mais aussi Ubirajara F. Moreno et de l'Unicamp: Pedro L.D. Peres. Depuis mon affectation en 2007 au Centre de Recherches en Automatique de Nancy (CRAN) comme chargé de recherches CNRS, cette collaboration franco-brésilienne s'est étoffée d'un projet PICS CNRS-CNPq (n° 5284, 2010-2012) dont j'étais responsable et d'un projet CAPES-COFECUB (n°701/11, 2011-2014, dont Jamal Daafouz, Professeur Université de Lorraine est responsable côté français). Le CRAN de l'Université de Lorraine (Jamal Daafouz, Marc Jungers, Romain Postoyan) et le laboratoire SATIE de l'ENS Cachan (Hisham Abou-Kandil) sont les partenaires français de ces projets. Nos thématiques de recherches portent sur la résolution des équations de Riccati non-symétriques issues de la théorie des jeux, l'étude des systèmes non-linéaires (type LPV, type Lur'e), les systèmes commutés et les systèmes en réseau.

Ludovic Chamoin


Maître de conférence au département de génie mécanique, chercheur au LMT

Je collabore avec Paulo de Tarso Mendonça (Université fédérale de Santa Catarina, Florianopolis, depuis mai 2012, lorsque Paulo est venu en visite pour un an au LMT. Cette collaboration s'est poursuivie depuis son retour au Brésil.
Le sujet concerne le contrôle des simulations numériques couplant des modèles coques et 3D, avec construction d'estimateurs d'erreur pour différentes méthodes d'approximation (FEM, GFEM,...), séparation des sources d'erreur et adaptation de modèle.

3 rapports techniques ont pour l'instant été rédigés sur ce sujet, et 2 articles sont en cours d'écriture (nous sommes dans la phase d'expérimentation numérique). Une présentation est aussi prévue dans la conférence WCCM 2014 à Barcelone en juillet prochain.

Afin que la collaboration puisse continuer ces prochaines années, un dossier de financement a été soumis (côté Brésil), et j'espère pouvoir me rendre là-bas l'an prochain.

Pascal Larzabal

Professeur des Universités de L'université Paris Sud, enseignant à l'IUT de Cachan, chercheur à l'ENS Cachan au laboratoire SATIE .

Mon premier séjour au Brésil remonte à Décembre 2006, j'avais été invité 15 jours à l'université de Campinas dans le cadre d'un programme CAPES-COFECUB n°489/05 2005-2008. J'avais travaillé avec l'équipe de Joao Marco Romano et plus principalement avec Rafael Krummenauer sur les études de performances des méthodes d'identification de canaux de propagation en télécommunications.

En aout 2009, j'ai été professeur invité à l' ITA Aerospace Technical Institute à San José Dos Campos. J'avais alors travaillé sur la mesure de direction dans une chambre anéchoïque avec Cynthia Junqueiras qui est revenue depuis plusieurs fois au laboratoire SATIE. Ces travaux ont donné lieu à trois copublications dans des revues.

En novembre 2014, dans le cadre du programme CAPES-COFECUB n° Ph 772-13, je retourne, avec Philippe Forster, à l'Université de Campinas pour travailler avec Rénato Lopes et Rafael Krummenauer sur l'estimation parcimonieuse de la vitesse des ondes sismiques. Il s'agit du projet COMPEST (Estimation paramétrique robuste de systèmes linéaires sous déterminés par la technique du compressive sensing).

Au-delà des collaborations scientifiques que le laboratoire SATIE entretient avec l'équipe de Joao Marco Romano à l'université de Campinas, je pense qu'une authentique relation amicale s'est établie entre ces 2 équipes de recherche. Chaque fois que j'y suis allé j'ai reçu un accueil extrêmement chaleureux et sincère, et mon séjour a été des plus délicieux.  Dans un monde de la recherche en perpétuelle compétition la gentillesse et la générosité de nos collègues brésiliens sont une leçon d'humilité et de vie. Enfin cette année 2014  il y a plus important que la recherche, il y a la coupe du monde de football, et là nos amis brésiliens ne plaisantent plus, les choses deviennent sérieuses...


Farid Benboudjema

Maître de conférence, HDR, de l'ENS Cachan, enseignant au département de génie civil, chercheur au laboratoire LMT.

Je suis parti au Brésil dans le cadre du programme « premier envol » du collège Santos Dumont. J'ai été impressionné par le programme de recherche « Science sans frontière » qui permet aux étudiants, enseignants, enseignants-chercheurs, chercheurs brésiliens de séjourner à l'étranger dans des établissements d'enseignement et de recherche. La base de données du CNPq est également impressionnante, elle permet d'identifier facilement les activités des chercheurs brésiliens.

Enfin, sur ma thématique de recherche, le laboratoire de recherche en génie civil de l'UFRJ est en pointe sur tout ce qui touche le comportement différé des matériaux cimentaires (du jeune âge au long terme) aussi bien en termes de dispositifs expérimentaux que de simulations numériques.


Luba Tchertanov

Directrice de recherche CNRS, chercheur à l'ENS Cachan au laboratoire LBPA.

Dans le cadre de la collaboration de l'ENS Cachan avec UFRJ dans le collège Santos Dumont, nous avons bénéficié d'échange d'étudiants, de doctorants et de posts doctorants dans les deux sens.

Une Post Doctorante brésilienne (Manuela Leal da Siva, en 2010-2011) a contribué au développent du projet-phare de notre équipe - Modélisation et simulation de la régulation des Récepteurs Tyrosine Kinases.  Une partie de cette recherche a été poursuivie par une doctorante (Priscila da Silva Figueiredo Celestino Gomes,  2011-2015).

Isaure Chauvot de Beauchene, doctorante de EDSP (2009-2013) a effectué une partie de sa recherche en Brésil.


Nicolas Schmitt

Professeur des Universités de L'université Paris Est Créteil, enseignant à l'UPEC, chercheur au laboratoire LMT de l'ENS Cachan.

La collaboration fait suite à de nombreux échanges antérieurs entre le LMT Cachan et des enseignants chercheurs de  l'Ecole d'ingénieurs de São Carlos de  l'Université de São Paulo (EESC/USP). René Billardon, chercheur au laboratoire a monté un projet de collaboration scientifique CAPES-COFECUB en 2009-2013 pour une durée de 4 années avec le Professeur Waldek Bose Filho sur la "Prévision de la microstructure et des propriétés mécaniques de pièces en PTFE à partir de la simulation de leur procédé de fabrication par compaction et frittage". Projet auquel j'ai participé.